CE N'EST PAS UNE COLLINE , 
                                  CE N'EST PAS UNE MONTAGNE , 

C'EST  GARLABAN.

                                                                                    Marcel Pagnol
**********************************************************************

Description de la zone

 
Le massif du Garlaban est le prolongement vers le sud-est du massif de l'Etoile.
Il est séparé de ce dernier par la dépression
qu'emprunte la N 8 bis et le Jarret.
Vers l'Est et au Sud, la vallée de l'Huveaune forme une limite naturelle.
Cependant, la colline
de Roquevaire peut être rattachée, par sa végétation comme
par sa géomorphologie, au massif du Garlaban. Au Nord, la
dépression jalonnée
par Cadolive, Peypin et la Destrousse le sépare du massif du Terme et des collines
de Cadolive. Sa hauteur
modeste, 729 m, ne permet pas le développement d'étages
de végétation bien typés. De même, la structure topographique
tabulaire et non en arrête est-ouest du Garlaban, font que les oppositions de versants sont moins nettes que pour les autres massifs du département. Néanmoins, la relative uniformité du massif, qui en découle, est compensée par une topographie variée.
Le massif du Garlaban peut être considéré comme une vaste plateforme entaillée
très profondément par un ensemble de ravins
et de vallons. De la ligne de crête
la plus élevée, marquée par une série de sommets (Tête rouge, Taoumé, Garlaban …)
descendent vers la plaine une série de vallons à pentes parfois très rapides (Grand Vallon, Ravin de Garlaban, vallons de Passetemps, des Escaouprès, de l'Amandier …). Du fait de la proximité de Marseille, le massif a été parcouru par tous les naturalistes provençaux et reste un lieu d'excursion classique pour les Marseillais.































Flore
et habitats
naturels

 

Le massif du Garlaban possède une grande richesse floristique, avec surtout une dominance d'une flore xérophile. Les formations boisées y sont rares. Les garrigues
à Chêne kermès ou àAjonc à petites fleurs y sont répandues et favorisées par les
incendies. Elles voient se développer des espèces rares comme le Picris pauciflore,
le Gaillet sétacé, ce dernier aussi sur les
rochers aux expositions chaudes, et divers ophrys parmi lesquels deux espèces endémiques,l'Ophrys brillant etl'Ophrys deProvence. La végétation des croupes élevées est moins typique qu'elle ne l'est sur
les massifs plus élevés du département. On y
observe cependant localement des landes à Genêt de l'Obel. Les éboulis sont fréquemment colonisés par la formation à Sabline de Provence, propre aux reliefs littoraux entre Marseille et Toulon. Les rochers et falaises aux expositions chaudes portent la végétation àDoradille de Pétrarque
et sa variante à Cheilanthès acrostic. On y observe localement le Lavatère maritime
ou le
Gaillet sétacé (Grand Vallon, Bec Cornu, Vallon de Passe temps …). Les falaises exposées au nord permettent très localement un développement limité de l'association à Doradille des sources. Le fourré à Myrte, répandu dans les vallons chauds et relativement humides des reliefs littoraux, réapparaît très localement dans le massif
du Garlaban, à Lascours au Vallon de la
Culasse. Les parcelles cultivées et leurs abords, dans les secteurs d'Allauch et de la Treille sont particulièrement riches lorsqu'elles ne sont pas ou peu traitées (cultures cynégétiques …) avec des espèces devenues très rares commel'Anémone couronnée, la Bugrane sans épine, l'Esparcette à dents égales (espèce de la Méditerranée centrale et orientale, connue du Garlaban, sur quelques mètres carrés depuis 1859),la Gagée des champs, la Garidelle, la Phléole en alène, la Roemérie hybride,la Scille fausse jacinthe ou la Tulipe oeil-de-soleil.Cette dernière accompagne la Tulipe de l'Ecluse sur les terrasses cultivées de Roquevaire.







































Autres Flores*

 Cynoglosse  Fumeterre grimpante  Ciste cotonneux  Muscari à grappe  Laurier-tin
 Alysson maritime  Centranthe rouge  Iris lutecens  Polypode  Romarin
 Thym  Ophrys sphegodes  Ophrys brun  Ophrys de Provence  Cheilanthés acrostic
 Chêne Kermés  Fumeterre
officinale
 Tulipe
sauvage
 Valériane  Scolyme
d'Espagne
 Orobanche
sanglante
 Vesce de Narbonne  Potentille
 
 Vipérine  Vesce pourpre
 Amélanchier Jasmin  Scabieuse  Salsifis Silène blanc 
Violette   Muscari à toupet  Pistachier lentisque Anthyllide à
fleurs rouges 
Aubépine 
 Dame d'onze heures Réséda   Lin jaune  Gesse chiche  Citynet
Hélianthème jaune  
Coronille de Valence 
Glaïeul  Coronille à tiges de jonc  Psoralée 
Silène enflé  Vulnéraire  Saxifrage continental   Platanthère Saponaire faux basilic 
Liseron Nombril de Vénus  Bugle petit-pin Ciste à feuilles
de sauge 
Lin de Narbonne 
 Centaurée du
solstice
 Dauphinelle
consoude
Mouron bleu   Epervière piloselle  Aristoloche


Faune

Ce site renferme vingt et une espèce d'intérêt patrimonial dont neuf sont déterminantes.
L'intérêt faunistique du Garlaban réside surtout dans la présence d'une avifaune caractéristique des reliefs calcaires collinéens méditerranéens,riche en espèces.Ainsi,ce massif héberge en particulier de belle populations de
Grand-duc d'Europe Bubo bubo (8 couples reproducteurs recensés),de Chevêche d'Athéna Athéne noctua (34 couples reproducteurs resencés),de Monticole bleu Monticola soliticola (au moins 6 couples nicheurs).Parmi les autres espèces,il convient de citer la présence de la Genette (Genetta genetta), du Grand Murin (Myotis myotis),du Lézard ocellé (Lacerta lepida),du Circaète Jean-le-Blanc (Circatéus gallicus),des Pies-grièches écorcheurs (Lanius collurio) et méridionales (Lanius meridionalis),des Bruants proyer (Miliara calendra) et Ortolan (Emberiza hortulana). Les invertébrés sont représentés par plusieurs espèces rares et menacées telles que l'Araignée Leptoneta olivacea.






















Autres Faunes*

 Zonites algirus  L'Aurore  Iule  Le Citron  Rainette verte
 Le Petit Gris  Tipule  Bourdon des Pierres  Abeille  Le Machaon
 Ascalaphe commun  Dolycoris baccarum  Ecaille fermière  Xylocopa violacea  Trichodes alvearius
 Lygaeus équestris  Mylabris quadripunctata  Cétoine dorée  Citron de Provence  Araignée
Napoléon
 Azuré
commun
 Bombus  Flambé Argiope  Lachnaia
 Le Gazé Mélitée Myrtil Poliste Echiquier ibérique
Moyen nacre  Araneus ceropegius  Libellule déprimée  Tarente  Sphinx gazé
 Zigène de l'esparcette Lixus angustatus   Oxythyrea
funesta 
Lezard vert  Proserpine
 
 
*Toutes les photos ont été prises dans le Garlaban lors des sorties "rando nature-photos"
 
Contact :  tritonvert&gmail.com


 

 01

Le texte est extrait de l'Inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (actualisées) de Provence Alpes Côte d'Azur. Voir la cartographie associée. Tous les documents (fiches, cartes, notes techniques)
sont accessibles sur le site Internet de la DIREN PACA :

www.paca.ecologie.gouv.fr




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement